Snowden et Vigeo

Conséquence de l'affaire Snowden: Vigeo dégrade la note des entreprises étasuniennes aux ordres de la NSA. 

On trouvera ci-dessous le communiqué de presse:

"""Après les allégations pour violation de la vie privée de leurs clients, Vigeo dégrade la note d'Apple, Google, Microsoft, Verizon et Yahoo! sur le critère des Droits de l'Homme

Vigeo alerte ses clients sur les risques (juridiques et de réputation) des entreprises concernées.

En juin 2013, de nombreux titres de presse ont relayé les accusations à l'encontre d'Apple, AOL, Dropbox, Facebook, Google, Microsoft, PalTalk, Skype (Microsoft), Twitter, Yahoo! et YouTube (Google) qui auraient autorisé l'accès de leurs serveurs aux services de renseignements américains leur permettant de collecter à leur insu des informations sur les utilisateurs, via PRISM, un programme de surveillance.
Verizon est en outre accusé d'avoir transmis à la National Security Agency, les données téléphoniques de ses clients. Ces informations révèlent la localisation, la date et la durée des appels nationaux et internationaux, ainsi que les numéros de téléphone qui ont été composés.

Les entreprises du secteur des Technologies de l'information et la Communication (TIC) subissent de plus en plus de pressions de la part des gouvernements leur enjoignant de respecter des lois et politiques intérieures qui peuvent être en contradiction avec les Principes fondamentaux universellement reconnus, relatifs aux Droits de l'Homme, notamment la liberté d'expression et le droit à la protection des données.
Pour autant, on prête aussi aujourd'hui une attention particulière au niveau de la protection des données personnelles des clients, au fait qu'ils soient informés de leurs droits et aux obligations juridiques de l'entreprise réglementant les informations qu'elles doivent fournir aux autorités. L'une des responsabilités principales de l'entreprise est de s'assurer que le caractère privé des données échangées est bien respecté.

A cet égard, un groupe d'opérateurs appartenant au Dialogue industriel des télécommunications, avait pris l'engagement en mars 2013, de lancer une collaboration de deux ans sur la liberté d'expression et la protection de la vie privée (Alcatel-Lucent, France Telecom-orange, Millicom, Nokia Siemens Networks, Telefonica, Telenor, TeliaSonera et Vodafone).
Ces entreprises croient que les droits ci-mentionnés pourraient être renforcés par un engagement entre les gouvernements, l'industrie, la société civile, les investisseurs, les organisations supranationales et d'autres parties prenantes.

Etant donné l'importance des accusations d'atteinte à la vie privée, la récurrence de tels événements pour les entreprises impliquées et l'apparent manque de mesures de due diligence mises en place afin d'empêcher les violations du droit à la vie privée, Vigeo a dégradé la note de toutes ces entreprises sur le critère des "Droits Humains". Ces entreprises n'ayant par ailleurs, pas fait la preuve pour Vigeo, qu'elles étaient capables de gérer correctement les risques de réputation, ni les risques de sécurité juridique.

Fouad Benseddik, Directeur de la Méthodologie et des Relations Institutionnelles de Vigeo, a déclaré : «
Cette grave affaire montre, s'il en était besoin, que la responsabilité des entreprises de prévenir la violation des droits de l'homme et les atteintes à la vie privée de leurs clients ne se pose pas seulement dans les territoires à régimes autoritaires mais aussi dans les pays démocratiques. Les entreprises doivent respecter le droit à l'information dont jouissent leurs clients et au moins les prévenir de manière claire et intelligible que les autorités publiques peuvent observer et surveiller leurs échanges.»"""